Autres bières dites "trappistes" #3

- 1960 : les moines passent à l'action pour protéger leurs bières -

En 1960, la brasserie de Veltem (Louvain) brasse une bière avec pour nom "Veltem Trappist". La brasserie d'Orval charge un avocat de l'affaire. Une procédure judiciaire est entamée. Le 28 Février 1962, un jugement du tribunal de Gand condamne la brasserie Anglo Belge (propriétaire de la brasserie de Veltem) à payer 1 BEF de dommages et intérêts, ainsi qu'à la publication du jugement. L'"anglo belge" se retrouva avec 9500 bacs de bois gravés sur les bras... Depuis ce jugement, "...le mot trappiste est utilisé communément pour désigner une bière brassée et vendue par des religieux appartenant à l'ordre des trappistes ou par des personnes qui auraient obtenu à cet effet l'autorisation de cet ordre... est donc dénommée trappiste une bière fabriquée par des moines cisterciens et non une bière dans le style trappiste qui sera plutôt appelée bière d'abbaye"

Toutefois, quelques exceptions ont, quand même, émaillé l'histoire des bières trappistes. Il en va ainsi des brasseries St Bernard de Watou (Province de Flandres occidentales, pour la bière "trappiste" de St Sixtus) et Verlinden de Brasschaat (Province d'Anvers, pour la bière "trappiste" Witkap Pater), qui ont pu utiliser la dénomination trappiste, suite à leurs accords respectifs, à l'époque, avec les brasseries de Westvleteren et de Westmalle. Ces accords, dénoncés, ne sont aujourd'hui plus valables.

D'autres tentatives eurent lieu, y compris récemment aux Etats Unis d'Amérique, bien vite maîtrisées par les moines et leurs avocats. Ainsi, par exemple, courant 2005, la brasserie d'abbaye Tchèque de Zeliv annonça dans la version française de son site internet, qu'elle brassait purement et simplement de la bière trappiste. Les moines et leurs représentants doivent donc toujours rester vigilants... l'appellation est convoitée !

Précédente / Vorige / Previous

Suivante / Volgende / Next